Le Pepsi est-il cancérigène ?

baniere-site-faux

Pepsi admet que son soda contient des ingrédients cancérigènes.
2016-coca-cola-1

Lorsque le Centre pour la Santé et l’Environnement a publié les résultats des tests montrant que Pepsi a intentionnellement dissimulé la présence de niveaux élevés de 4-Mel dans sa boisson gazeuse populaire en 2013, la compagnie a nié aussi bien la présence de ce produit chimique dans ses boissons que le fait qu’il est dangereux. Le 4-Mel qui est l’abréviation de 4-méthylimidazole, est un composé qui se forme dans la fabrication du colorant caramel et un agent cancérigène connu. […..]
Pepsi a omis d’avertir les consommateurs que ses produits contiennent des cancérigènes connus

Le procès accusait Pepsi de ne pas avertir les gens que ses boissons contiennent le 4-Mel que la Californie a officiellement reconnu comme produit chimique causant le cancer.

Un test de 2014 émanant des Rapports des Consommateurs a montré que le 4-Mel de Pepsi dépasse le niveau autorisé de 29 microgrammes par bouteille ou canette, ce qui signifie qu’ils agissaient en violation de la loi en général et des lois de protection des consommateurs dans l’Etat de Californie.

En particulier, cela viole la Proposition 65 de Californie, qui est entrée en vigueur depuis 1985 et oblige les fabricants à fournir aux consommateurs des avertissements clairs lorsque leurs produits les exposent à des substances chimiques toxiques ou cancérigènes.

Le Bureau d’étude des Risques pour la Santé de Californie a placé le seuil à 29 microgrammes car ce niveau crée un risque de cancer de un sur 100 000.
[….]

baniere-site-faux

Une fois de plus, le site Santé-Nutrition se base sur un seul et unique rapport très exagéré, émanant d’une association de consommateurs en faveur de l’interdiction du 4-MEI (4-Méthylimidazole), un colorant contenu dans le Coca-Cola et le Pepsi-Cola.


C’est une association de consommateurs américaine, la CSPI (Center for Science in the Public Interest),  qui a alerté l’Agence américaine de l’alimentation et des médicaments, en se fondant sur une étude qui montrait qu’une administration de 4-MEI avait causé des cancers du foie, du poumon et de la thyroïde chez les rongeurs. Coca-Cola a déjà modifié sa recette en Californie, premier Etat américain à avoir inscrit le 4-MEI à sa liste des substances cancérigènes.

La molécule incriminée se retrouve dans la composition de deux types de colorants caramel: le E150c (ammoniac) et le E150d (sulphite d’ammonium). Et comme le montre le rapport [PDF] de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA), les aliments utilisant ce type de colorant sont multiples. Saucisses, vinaigre, glaces, desserts, biscuits apéritifs, soupes, nouilles, pâtisseries sont, entre autres, concernés comme nous l’indique Slate.fr

Pourtant, même si les scientifiques et autorités de santé à travers le monde sont divisés sur le sujet, la majorité s’accordent pour dire que les quantités de 4-MEI contenues dans les sodas et autres aliments sont loin de représenter un danger pour la santé.
Dans un communiqué de presse de mars 2012, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) précise que «ces caramels colorants ne sont ni génotoxiques ni cancérigènes et qu’il n’existe pas de preuve démontrant qu’ils aient des effets indésirables sur la reproduction humaine ou pour l’enfant en gestation».

Quant à Coca et Pepsi, s’ils changent les doses de leurs colorants caramel, c’est surtout pour ne pas avoir une étiquette «cancérigène» collée sur ses bouteilles californiennes.

En Europe, les quantités de 4-MEI que peut contenir chaque aliment sont fixées par l’AESA, et sont strictes : pas plus de 250 grammes de 4-MEI par kg de colorant.

D’ailleurs,  «le porte-parole de l’Agence américaine de l’alimentation et des médicaments a rappelé que pour atteindre les doses administrées dans les études qui ont montré un lien avec le cancer chez les rongeurs, un être humain devrait consommer bien plus de 1.000 canettes de soda par jour».

z-1


Sources : Slate.frLe Point.frLe ParisienLe MondeEFSA JournalEFSA Communiqué .


Autre(s) source(s) :