Les 9 minutes de délire théâtral du Dr.Christian Tal. Schaller.

Cette vidéo partagée mainte fois sur les réseaux sociaux et notamment sur Facebook, suscite des interrogations sur ce qui est dit, au point que beaucoup d’adhérents de notre page nous ont demandé en message privé ce qu’il en était.
La première chose avant de passer au contenu est de savoir qui est le narrateur théâtral sur cette vidéo :

Il s’agit en fait de Christian Tal Schaller,  né en France en 1944, qui fit ses études de médecine à Genève, où il obtint son diplôme de médecin généraliste en 1970. Il est le créateur du site santé globale et des éditions Vivez Soleil.

Lors des rencontres annuelles ‘d’eveil et action » généralement au camping d’Isis en Cévennes, à St Julien de la Nef près de Montpellier, il se définit lui-même comme étant médecin holistique, écrivain, conférencier, créateur des éditions Vivez Soleil, notamment éditeur des « Évangiles esséniens », spécialiste de l’alimentation vivante.

Dans un article de l’Express de juin 1998: « Médecin suisse, Tal Schaller est une supérette des médecines parallèles à lui tout seul. Il soigne par le chamanisme, la phytothérapie, la diététique, la médecine holistique, le rire et, moins drôle, l’urinothérapie, dont les vertus antibiotiques feraient merveille. Tal Schaller a ouvert dans le sud de la France trois Instituts de recherche et d’applications de médecine globale.

Ses ennuis avec la justice débutent en 1997

« En octobre 1997, les gendarmes étaient venus à Taulignan, où il résidait, avec deux mandats : l’un venait du parquet de Valence et l’accusait de non-inscription au registre du commerce et de travail illégal. Au tribunal, le procureur avait seulement demandé une amende. Les juges l’avaient pourtant condamné non seulement à une amende de 100 000 F mais aussi à une “interdiction d’activité d’organisation de stages et de conférences sur la santé et l’épanouissement de la personne pendant cinq ans”

Ses citations favorites sont :

  1.  » La médecine est la première cause de mortalité des pays riches ! « 
  2.  » la puissance de l’urine est comparable à la chimiothérapie 
  3.  » Il n’y a aucune maladie qui ne soit incurable « . (Extraits de la conférence de Tal Schaller à Annecy en 2004 et de l’émission « Se soigner autrement », France 3, février 2009)

Suite sur psiram.com/fr/Christian_Tal_Schaller

Une autre version avec le même discours à été partagée par le rappeur Booba :

Le compte à 5,4M d’abonnés d’un rappeur à la mode partage les propos délirants de Tal Schaller sur les vaccins.

Pendant plus ou moins 9 minutes sur la vidéo partagée sur Facebook, le Dr. Tal Schaller nous fait un discours à coups de geste théâtraux à la manière d’un gourou, pour essayer de convaincre les populations de ne pas se faire vacciner et commence d’emblée par nous dire que :

  • « les vaccins ont tués des millions de gens et que les vaccinateurs ont du sang sur les mains » et poursuit en disant : les vaccins n’ont jamais sauvés une seule vie

N’en déplaise au Dr.Tal Schaller,  on peut d’ailleurs se demander si il est vraiment un médecin, grâce aux vaccinations, plusieurs maladies graves ont pu être éliminées ou bien contrôlées. La contribution de la vaccination à la santé de la population est particulièrement bien mise en évidence par la forte diminution du nombre de ces maladies (par exemple la diphtérie et la poliomyélite).

En revanche, les risques de tétanos, coqueluche, de méningites, de rougeole, de rubéole, d’oreillons, d’hépatite A et B, de varicelle, de grippe ou de cancer de l’utérus persistent !

Certaines personnes ne savent pas que ces maladies surviennent encore en France…

D’autres ne savent pas qu’elles pourraient bénéficier d’une protection efficace contre ces maladies ou pensent que cette protection vaccinale est inutile…

  • Les données récoltées depuis des dizaines d’années dans le monde montrent pourtant que les vaccinations sont un élément essentiel de l’amélioration de la qualité de vie.

La liste serait très longue pour énumérer tous les vaccins qui ont sauvés des vies, contrairement à ce que dit le Dr.Tal Schaller, à commencer par le tout premier vaccin

  • contre la variole en 1796
  • Contre la rage en 1885
  • contre la peste en 1897
  • contre la tuberculose en 1921
  • contre le tétanos en 1926
  • contre le typhus en 1937
  • contre la varicelle en 1974

pour n’en citer que quelques-un….

Ensuite il affirme que :

  •  il y a de l’aluminium de 30, 40 fois a 50 fois du maximum autorisé

A ce jour, les sels d’aluminium (phosphate et surtout hydroxyde d’aluminium) constituent l’adjuvant le plus utilisé dans le monde. Ils entrent dans la composition de nombreux vaccins courants et, pour certains, depuis près d’un siècle.

Leur emploi répond à une réglementation stricte :

  • les doses permises sont définies et les contrôles sont nombreux. Les quantités utilisées dans les vaccins sont extrêmement faibles (moins d’1 mg par dose).  Lorsque l’on prend en compte la vaccination pendant les 6 premiers mois de vie, on arrive à plus ou moins 2,8 mg d’aluminium absorbé.

En comparaison, l’allaitement maternel pendant 6 mois amène plus ou moins 7 mg et le lait en poudre pendant 6 mois amène près de 40 mg. Le fait que l’aluminium arrive via injection dans le corps du bébé ne change rien par rapport au fait qu’il est digéré lors de son alimentation. L’estomac du bébé, non encore mature, est en effet poreux.

Ces quinze dernières années, il y a eu des controverses régulières à propos des effets indésirables supposés des sels d’aluminium.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est penchée sur la question. A la lueur des données disponibles à ce jour à l’échelle internationale, elle a décidé que l’on pouvait continuer à employer des vaccins contenant des sels d’aluminium.

L’OMS estime en effet que les principales réactions connues et imputables à l’aluminium des vaccins sont des réactions inflammatoires locales (à l’endroit où la piqûre a été réalisée). Il n’y a actuellement aucune raison de remettre en cause les nombreux vaccins contenant de l’aluminium. Selon les experts, ce serait se priver à tort de la protection qu’ils assurent face à des maladies infectieuses graves.

DANS CETTE VIDÉO IL AFFIRME ENCORE :

C’est FAUX, c’est son utilisation en tant que tisane qui est contestée.
Selon « Sciencesetavenir.fr‘ : 

Présentée par ses adeptes comme une solution miracle au paludisme en Afrique, l’utilisation de l’artemisia, plante cultivée notamment en Côte d’Ivoire, alarme la communauté scientifique, sceptique sur son efficacité et inquiète de ses effets secondaires.

L’artemisa, plante aux airs de fougère issue de la pharmacopée traditionnelle chinoise, connait un succès grandissant sur le continent malgré la polémique qui l’entoure.

Cependant, l’Académie Nationale de Médecine de France, prévient que cette thérapie à base de plante est « inefficace et irresponsable »:

  • l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) recommande l’utilisation de moustiquaires, la consultation médicale pour un diagnostic rapide et le traitement par Thérapie combinée à base d’artémisinine (CTA).

L’Académie Nationale de Médecine en France met aussi en garde :

Si la molécule d’artémisinine contenue dans une des variétés d’artemisia est effectivement utilisée dans la plupart des médicaments anti-paludéens,

  • « c’est son association avec d’autres molécules qui est nécessaire pour soigner efficacement la maladie en retardant l’apparition de résistances », rappelle le professeur Sandrine Houzé, parasitologue à l’hôpital Bichat à Paris.
  • Toutes les espèces d’artemisia ne contiennent pas d’artémisinine, souligne-t-elle encore.

Et, contrairement aux comprimés qui garantissent une posologie constante, la concentration en artémisinine contenue dans la plante varie en fonction de son mode de culture.

  • « Tout l’enjeu est de savoir, non pas si l’artemisia soigne, mais si le fait de la consommer en tisane est suffisamment efficace et garantit une posologie standardisée »,

explique le docteur Michel Cot, Directeur de l’Institut pour la Recherche et le Développement, un établissement public français.

La consommation de litres de tisane d’artemisia, de composition incertaine, pendant sept jours, sans autre traitement, par de jeunes enfants impaludés les « expose (…) à un risque élevé d’accès pernicieux » (neuro paludisme), une complication grave du paludisme qui se traduit par une atteinte du système nerveux pouvant mener au décès, poursuit l’Académie de Médecine.

De plus, cette monothérapie en « utilisation continue » favorise l’émergence de souches de parasites résistantes, selon l’OMS.

Toujours dans cette vidéo, le Dr.Tal Schaller, qui on vous le rappelle est un « médecin généraliste » à la base, prend pour référence Robert Kennedy jr, un anti-vaccin avéré, en prétendant que le vaccin ferait UN MILLION de mort par an.

Selon Libération.fr, c’est dès 2005, que Robert Francis Kennedy Jr. écrivait dans le magazine américain Rolling Stone que le thiomersal, substance utilisée dans plusieurs vaccins, pourrait être responsable de cas d’autisme chez de nombreux enfants, ainsi que d’autres troubles neurologiques.

Le consensus scientifique sur le sujet est pourtant clair :

  • aucun vaccin n’a jamais causé l’autisme.

Peu importe pour Kennedy Jr., qui a déjà assimilé la vaccination à une nouvelle forme «d’holocauste».

L’un de nos articles a ce sujet :
Et enfin, cerise sur le gâteau, d’après ce même docteur, McDonald et Coca-Cola feraient mourir des gens à longueur d’année, ceci dit, même si ce ne sont pas les meilleures denrées à consommer du moins excessivement, jusqu’à preuve du contraire et à  notre connaissance, ces deux enseignes n’ont jamais fait mourir des milliers de personnes.

psiram.com/fr/Christian_Tal_Schallerinfovac.frwiki/Chronologie_des_vaccinsvaccination-info.besciencesetavenir.frLibération.fr


EN ATTENDANT….. Prenez soin de vous et des autres…