NON, ces femmes ne sont pas mortes après avoir inhalé des échantillons de parfums reçus par la Poste

Les revendications dans ces messages d’avertissement sont FAUSSES.

En effet, cet avertissement est une version réactualisée d’un ancien canular qui a commencé à circuler en 2001, avec différentes versions anglophones :

ou encore celle-ci (qui sera traduite en français par la suite) :

L’hôpital malaisien « Glen Eagles« , identifié à tort comme à l’origine de cet avertissement, a également réfuté toute implication avec la diffusion de ce message, comme on peut le voir ci-dessous :

Traduit en français par Hoax-Slayer :

« Récemment, un courrier électronique et un service de messages courts (SMS) circulent parmi les membres du public concernant un échantillon de parfum toxique qui a causé la mort de sept femmes lors de l’inhalation et de l’exposition. Il a été prétendument envoyé par une personne qui prétendait être un employé de Gleneagles Hospital Limited, au nom de l’hôpital, afin d’avertir le public car ces sept femmes auraient été admises et traitées à l’hôpital de Gleneagles.

Nous comprenons la panique et la mystification que ce courrier électronique a causé et le besoin du public de rechercher la vérification et la consolation d’une institution médicale fiable comme la nôtre. Ainsi, nous souhaitons souligner que nous n’avons jamais admis ou traité de tels patients et n’avons jamais été conscients de ces incidences. Nous aimerions également indiquer catégoriquement que ce courrier électronique ne provient pas de notre hôpital et / ou de l’un de nos employés, actuel ou non. En outre, nous déclarons que personne n’a jamais été commandé ou autorisé par l’Hôpital à livrer et à faire circuler de tels avertissements« 


Mise-à-jour du 6/10/2017
Voici cette publication imagée, avec le même texte, mais soupçonnant les échantillons de soupe « Royco » que l’on reçoit dans sa boîte aux lettres.

Il est aussi possible que vous rencontriez, dans les prochains jours, d’autres marques associées à ce texte.


La personne qui a eu l’idée de mettre cette image sur ce FAUX texte ne mesure certainement pas les risques qu’elle a pris.
En effet, cette publication pourrait par la suite être accusée de diffamation publique, il est donc utile de rappeler qu’on ne peut pas tout publier sur le web en toute impunité.


C’est donc un hoax qui n’en fini pas de ressusciter d’année en année, de décennie en décennie, et peut-être de siècle en siècle … Vos arrières- arrières-petits-enfants le verront peut-être encore sur la toile …

z-1


Sources : Hoax-Slayer –  Glen Eagles Hospital Snopes.combusiness2community.com/us