Non, le paracétamol P/ 500 ne contient pas le virus Machupo !

Rassurez-vous, les affirmations dans ce message sont totalement absurdes !!

1. Le paracétamol P/500 du laboratoire APEX n’est pas commercialisé dans les pays francophones

La première chose qui nous fait réagir, c’est cette marque de paracétamol, totalement inconnue de nos pharmacies. Pourquoi lancer une alerte sur un produit qui n’est pas commercialisé chez nous ? De plus, la photo qui illustre la publication est celle du paracétamol de la marque Winthrop, et non Apex ! On voit directement le sérieux de l’auteur de cette infaux …

2. Il n’y a eu aucune alerte sanitaire

En outre, depuis que cette infaux tourne (début 2017), il n’y a eu aucune alerte sanitaire ni aucune couverture médiatique de l’incident. Et si l’affirmation s’était avérée réelle, il est évident que le produit contaminé par erreur aurait été retiré des pharmacies dans les heures qui auraient suivies le rappel officiel du produit par les autorités sanitaires. L’absence totale d’alerte officielle sur la contamination présumée du paracétamol suffit, en soi, à affirmer que ce message d’avertissement est un canular.

Par ailleurs, le 8 février 2017, les responsables de la santé publique en Malaisie ont diffusé un communiqué visant à faire taire ces rumeurs. Ils ont notamment déclaré que le ministère n’avait reçu aucun rapport concernant la contamination du paracétamol par les autorités des pays qui fabriquent ce médicament, ni aucun autre pays jusqu’à présent.

3. Le virus Machupo ne peut pas se propager de cette façon

Le virus Machupo, également connu sous le nom de « virus hémorragique bolivien » ou « typhus noir », se propage principalement par l’inhalation des particules de poussière provenant des selles et de l’urine des rongeurs infectés. Bien qu’il puisse survivre jusqu’à deux semaines dans des échantillons de sang à l’extérieur de l’hôte, le virus Machupo ne peut survivre dans un environnement sec, tels que les comprimés. Il est donc extrêmement improbable qu’il puisse survivre au processus de fabrication des comprimés de paracétamol et aux semaines voire aux mois de stockage dans les armoires à pharmacies


En bref, le partage de cette fausse alerte ne sert qu’à diffuser une énième désinformation sur le web et à provoquer inutilement la peur.

z-1


Sources : ANSMGouvernement du CanadaHoax-SlayerSnopes