Non, la cheminée du crématoire n°1 d’Auschwitz n’est pas un Fake.

La fausse cheminée construite

par les Russes en 1947

Le complexe concentrationnaire d’Auschwitz-Birkenau compta trois camps, Auschwitz I, appelé aussi «camp principal» ou «petit camp», Auschwitz II, Birkenau, appelé aussi «grand camp», à 2,5 km de Auschwitz I, et Auschwitz III, Buna-Monowitz.

Le complexe concentrationnaire d’Auschwitz fut à la fois un camp de concentration et un centre de mise à mort (principalement Birkenau) où les Juifs de l’Europe entière arrivaient pour être, dans leur écrasante majorité, directement assassinés dans les chambres à gaz, sans entrer dans le camp, sans y être enregistrés: ils n’échappaient à l’esclavage concentrationnaire que parce qu’ils étaient immédiatement mis à mort.

Nous nous concentrerons sur Auschwitz I, appelé aussi «camp principal» ou «petit camp», et dont la photo du crématoire un est contestée par beaucoup de sites qui accusent les Russes d’avoir ajouté, lors de la reconstruction, une cheminée qui ne serait pas d’origine en prenant pour témoin une autre photo de 1945 où on voit ce funeste bâtiment sans la cheminée contestée (ci-dessous)


D’autres sites avanceront que la cheminée est fausse, car elle n’est pas collée au bâtiment et qu’Auschwitz n’est qu’un « Show pour touriste » :

Sauf que tout est FAUX, après maintes recherches sur divers sites, nous avons trouvé des documents d’époque prouvant le contraire.
Comme on le voit ci-dessous, la cheminée existait bien lors de la construction de ce bâtiment :


Comme on va le voir ci-dessous, les sites avançant l’hypothèse sur ce qu’ils appellent une « FAUSSE CHEMINÉE », font l’impasse sur une partie de l’histoire du « crématoire I » en montrant la photo de 1945 « sans cheminée.


PHASE 1

LA PARTIE OUBLIÉE PAR LES SITES CONTESTATAIRES DE LA PHOTO

« Auschwitz I » fut le premier lieu des gazages.
A l’automne 1941, après quelques essais dans les sous-sols du bloc 11, la morgue du Krema I (le crématoire de Auschwitz I), qui servait déjà de lieu d’assassinats par balles, fut aménagée en chambre à gaz, les premières victimes étaient des Polonaises, ensuite celles de ce qu’on appelait « le blog de l’Est » (Russie, Yougoslavie, Tchécoslovaquie ect…).

Tout cela en prévision de l’élimination des juifs et de ce qu’Hitler appelait « LA SOLUTION FINALE »

Dans ce bâtiment, les SS pratiquèrent notamment cinq orifices dans le toit, par lesquels était déversé le Zyklon B.

La préparation qui dégageait de l’acide cyanhydrique, gaz mortel très violent qui provoque la mort rapide de ceux qui en respirent, même à une faible concentration.

Ce bâtiment comportait bien une cheminée non accolée au bâtiment, pour la simple raison que les 4 « fours crématoires » étaient reliés par des conduites souterraines.

Et donc, cette reconstruction faite par les autorités polonaises et non russes est exacte, sur ce plan du moins.
Ci-dessous, on voit le côté cheminée du « Crématoire 1 » reconstruit, tandis que l’entrée se trouve à droite comme on peut le voir aujourd’hui :

PHASE II

Certains ont avancé que cette cheminée avait été bombardée.
D’autres se demanderont pourquoi ce bâtiment n’a pas été détruit comme tant d’autres par les SS qui voulaient occulter ce qu’ils avaient fait d’Auschwitz I.

LA RÉPONSE :
Si la majorité des assassinats par gazage fut transférée à Birkenau à partir d’avril 1942 parce que les 4 Fours du Crématoire n°1 n’était plus suffisants à Auschwitz I, ces derniers continueront à être sporadiquement utilisés jusqu’en décembre 1942.

En 1943, le « Krema I » fut en partie démantelé, notamment les fours et la cheminée du bâtiment.

En 1944 le bâtiment fut converti en abri anti-aérien (pour les patients de l’hôpital SS tout proche) et subit des modifications en conséquence, notamment le rajout de trois murs de renforcement dans l’ancienne chambre à gaz, divisant celle-ci en quatre pièces. Plusieurs entrées furent scellées et les orifices d’introduction du Zyklon B furent colmatés. Un sas fut également rajouté à l’extrémité de l’ancienne chambre à gaz, et une ouverture pratiquée, menant directement du sas vers l’extérieur.

Bien que tous les bâtiments à vocation d’extermination furent détruit par les SS eux-mêmes pour tenter de cacher ce qu’ils avaient fait d’Auschwitz I, le bâtiment du « Crématoire 1 » n’étant plus dans sa fonction d’extermination d’origine a été épargné.
Et c’est grâce à des documents (plans) d’époque qu’il a pu être reconstitué dans sa construction d’origine avec la cheminée.

Pour ce qui est de l’extérieur, nous pouvons dire que OUI.
Pour ce qui est de l’intérieur, NON, car il y a quelques petites erreurs :

Après la guerre, les Polonais ont procédé à des modifications dans l’intention de reproduire l’agencement original du bâtiment: reconstitution des fours et érection d’une nouvelle cheminée, abattage des murs rajoutés en 1944 pour transformer la chambre à gaz en abri anti-aérien, réouverture d’une porte et de quatre des cinq orifices, d’introduction du Zyklon B dans le toit.

Malheureusement, dans leur empressement, les Polonais ont commis plusieurs erreurs.

Ils ont abattu un mur de trop et joint à la chambre à gaz une pièce qui n’en faisait pas partie, mais qui était dans son prolongement, la salle de lavage, qui rajoute 16 m2 aux 78 m2 de la chambre à gaz originelle. Ils ont également percé une ouverture censée se trouver à l’emplacement de l’ancienne entrée (colmatée) de la chambre à gaz, mais ils se sont trompés sur l’emplacement exact de celle-ci. Ils ont laissé le sas et son entrée donnant vers l’extérieur, longtemps présentée indûment comme celle de la chambre à gaz originale. Notons cependant que, contrairement à ce qu’on a parfois pu croire ou écrire, les quatre orifices percés correspondent bien à quatre des cinq orifices originaux.


Et enfin, certains ont profité de ces petites erreurs ici et là pour publier que tout était FAUX :
Certains négationnistes vont aller jusqu’à prétendre que la chambre à gaz a été construite après la guerre, et d’autres comme les partis d’Extrême-droite de tous pays, soutiendront que les chambres à gaz n’ont jamais existé. C’est évidemment un mensonge au premier degré.


CONCLUSION :
Ces erreurs ne remettent aucunement en doute l’existence des « camps de concentration nazi », des « chambres a gaz » et des fours d’exterminations.


Enfin, nous vous proposons ci-dessous un reportage de 40 minutes d’un survivant décrivant comment se passait l’accueil de tous ceux et celles qui en arrivant dans ces camps de la mort, ne savaient pas que pour la plupart, ils n’en sortiraient pas vivants …..

phdn.org/krema1 – phdn.org/histgen/auschwitz jewishvirtuallibrary.orgarchives/holocaust/1archives/holocaust-2encyclopedie.bseditions.fr

Auschwitz/prisonnier No 1327cwporter.comdeathcamps.org/gas