Non, les mayonnaises à l’huile minérale n’ont pas été vendues volontairement.


Pour bien comprendre la suite voyons ce qu’est « l’huile de moteur » :

L’huile moteur, généralement utilisée pour la lubrification des moteurs à explosion, est une huile minérale, semi-synthétique ou synthétique, dérivée du pétrole et enrichie en additifs techniques.
Telle qu’élaborée par le fabricant, l’huile moteur contient 15 à 25 % d’additifs qui améliorent ses propriétés.


Explications sur l’huile de moteur trouvé dans les mayonnaises « Lesieur » n’ayant soit-disant jamais été retirées des rayons français.

Ce qui est VRAI :

Le 07/04/08, un importateur (SAIPOL) est averti par un de ses clients que l’huile de tournesol brute qu’il leur a fourni le 02/04/08 a été contaminée par de l’huile minérale. Il fait immédiatement rappeler le reste de la cargaison, heureusement encore en stock chez les industriels. Et, bien sûr, il consulte son échantillothèque pour savoir s’il n’y a pas une autre cargaison dans le même cas. Le 22/04/08, il informe la DGCCRF qu’une cargaison du 23/02/08 était elle aussi contaminée.

Le même jour la DGCCRF demande par précaution le blocage de tous les produits issus de cette cargaison, depuis le stock de l’importateur jusqu’aux entrepôts de la grande distribution. Simultanément, des prélèvements officiels sont envoyés à l’analyse, un avis est demandé en urgence à l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation) et la commission européenne est saisie de cette contamination via le réseau d’alerte européen (RASFF).


Ce qui est FAUX :

C’est totalement Faux de dire que les produits n’ont jamais été retirés des rayons français et que les industriels et les distributeurs peuvent continuer à vendre les produits contaminés à l’huile de moteur.

La Société Saipol n’a pas choisi d’importer de l’huile frelatée à prix cassée, mais a été victime d’un fournisseur peu scrupuleux qui a substitué une partie de l’huile végétale commandée par de l’huile minérale. Contrairement à ce que stipule le message, les industriels n’ont été informés de la contamination qu’une fois le produit fabriqué.

Par ailleurs l’accusation d’empoisonnement que sous entend les médias est fausse et n’est pas fondée selon les experts, plusieurs laboratoires indépendants ayant conclu à une absence de danger pour les consommateurs dont une absence de produits dangereux.

Il ne s’agit donc pas d’huile de vidange comme cela a été dit.

Précisons au passage que si cette huile minérale peut servir de lubrifiant pour moteur, rien n’indique qu’elle n’ait été utilisée effectivement dans ce but avant d’être mélangée à l’huile de tournesol.

En 2014 et depuis l’alerte signalée en 2008 de la présence de l’huile minérale dans de l’huile de tournesol importée, le contrôle de ces importations rentre désormais dans le champ des obligations communautaires. 

La DGCCRF procède chaque année à un contrôle renforcé des importations d’huile de tournesol originaire ou en provenance d’Ukraine, premier pays producteur d’huile de tournesol.

z-1


Sources : wikipedia.org/Huile_moteurANSES – HoaxKiller – HoaxBuster –  DGCCRF –