Partagez, Likez, Commentez, et SUPER FACEBOOK aidera tous les enfants malades !

Dans ce diaporama, voici quelques exemples parmi tant d’autres :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ON PROFITE DE VOTRE SENSIBILITÉ ET DE VOTRE NAÏVETÉ !!!

Certains sont prêts à tout pour collecter commentaires, partages et likes sur leur profil Facebook. Et beaucoup de naïfs partagent sans vérifier …

Il faut savoir que Facebook n’a jamais donné aucun $ ou cent grâce au partage d’une publication, et ça ne risque pas d’arriver… car vu le nombre de publications de ce genre se trouvant sur les réseaux sociaux, c’est plutôt considéré comme une véritable pollution visuelle !

Le jour où Facebook proposera de faire un don pour une association, ce sera avec un panneau que vous trouverez au-dessus de votre « fil d’actualité » (comme ci-dessous) … et certainement pas avec une photo de l’enfant malade prise sur le web !

02

Réfléchissez et informez-vous avant de partager, c’est trop facile de cliquer bêtement sur « PARTAGER » sans réfléchir ne fusse qu’un instant !

Ceci est valable pour toutes les informations que l’on trouve sur Internet : ne croyez pas tout ce que vous voyez, et VÉRIFIEZ la véracité de l’info proposée !

Dans 90%, l’info sur Facebook est un poisson d’Avril permanent …

Voici quelques exemples :


EXEMPLE N°1

Attention aux fausses images virales sur Facebook : non, cette petite malade ne réclame pas des «likes» ou des commentaires

03

L’exemple rapporté par CNN est saisissant : une petite fille de 7 ans, chauve, apparaît sur une photo, en costume de cheerleader. Elle sourit et semble prête à combattre le cancer dont elle est victime. En dessous, le commentaire est connu :

« Likez pour montrer que vous vous souciez d’elle. Partagez pour lui dire qu’elle est magnifique. Priez pour elle pour battre le cancer ».

Cette image partagée des milliers de fois sur Facebook pourrait être belle mais elle date de… 2007 ! Ce sont les parents de la jeune fille qui ont découvert cette photo traîner sur le réseau social alors qu’ils n’ont jamais donné l’autorisation de partager celle-ci. « Nous avions posté cette photo en 2009 et en avions parlé dans les médias locaux pour aider une fondation à rassembler des fonds contre le cancer. Mais c’était totalement différent par rapport à cette diffusion sur Facebook ! Et on ne peut rien y faire, c’est totalement hors de contrôle », explique Amanda Rieth, la maman de la jeune fille évoquée ci-dessus, dans une interview accordée à CNN. Celle-ci a aujourd’hui 13 ans et se porte très bien


EXEMPLE N°2

Il s’agit d’une histoire vraie……Faites quelque chose !!!!

04

Il s’agit d’une histoire vraie et si vous ne la faites pas passer, c’est que vous n’avez pas d’âme Mon nom est Chris, J’ai trois ans, mes yeux sont gonflés. Je ne peux pas voir. Je dois être stupide, Je dois être mauvais, Quoi d’autre aurait pu mettre Mon papa très en colère ? J’aurais aimé être mieux , J’aurais aimé ne pas être …vilain, Après, peut-être que ma mère, Aurait toujours voulu me faire un câlin. Je ne peux pas faire un tort, Je ne peux pas parler du tout, Ou encore, je me suis enfermé Toute la journée. Lorsque je suis éveillé, Je suis tout seul, La maison est sombre, Les gens ne sont pas à la maison. Lorsque ma mère arrive à la maison, J’essaie d’être gentil, Comme ça, peut-être que j’aurais juste, Un seul coup de fouet ce soir. Je viens d’entendre une voiture, Mon papa est de retour, Du bar de Charlie Je l’entends dire des gros mots, Il appelle mon nom, J’appuie mon Corps, Contre le mur. J’essaie de me cacher, De ses yeux Diaboliques, J’ai très peur maintenant, Je commence à pleurer. Il me trouve en train de pleurer, M’appelle par des vilains mots, Il dit que c’est de ma faute, S’il souffre au travail. Il me gifle et me frappe, Et il hurle encore plus, Je peux enfin me libérer, Et je cours vers la porte. Il l’a déjà verrouillée, Et je commence à crier très fort, Il me prend et me jette, Contre le mur. Je tombe au sol, Avec mes os presque cassés, Et mon papa continue, Avec plus de mauvais mots prononcés. «Je suis désolé!», j’ai crié, Mais il est maintenant bien trop tard, Son visage était tordu, Dans une inimaginable forme. Le mal et la douleur, Encore et encore, Oh ! s’il vous plait Dieu, ayez pitié! Oh ! s’il vous plait faites arrêter tout ça ! Et il s’arrête enfin,Et pars vers la porte, Tandis que je suis allongé immobile, Affalé sur le sol. Mon nom est Chris, J’ai trois ans, Ce soir mon papa, M’a assassiné. Et vous pouvez m’aider, Si vous lisez ceci, Et vous ne le transmettez pas, Je prie pour votre pardon. Vous devez être Une personne impitoyable, Pour ne pas être touchée, Par cette poésie. Et si vous êtes touché, Faites quelque chose !Donc, tout ce que je vous demande de faire, Est de faire passer ce poème ! Dans un premier temps, j’ai pensé que c’était simplement une chaîne Et je n’allais pas l’envoyer aussi, Mais maintenant, je me rends compte qu’il s’agit d’une situation importante. Au moins 5 enfants, chaque jour, dans le monde meurent de la violence envers les enfants !

Voici la vraie histoire : 
  1. L’enfant n’était pas un garçon de 3 ans mais une fille de 2 ans, qui ne s’appelait pas Chris mais Jade.
  2. Il ne s’agissait pas des violences d’un père envers son fils, mais d’une fillette qui a été attaquée par son propre chien, comme le raconte DailyMail Online.

EXEMPLE N°3

06
Cette photo est supposée représenter deux enfants ayant le cancer, encore là, l’internaute appelle à un partage et un « j’aime » !

Mais qu’en est-il réellement ?

  1. Il ne s’agit pas d’un cancer mais d’une maladie génétique extrêmement rare  (la Progéria, ou syndrome de Hutchinson-Gilford), qui provoque un vieillissement accéléré.
  2. Cette photo est extraite du film indien « PAA », du réalisateur  R.Bakli, avec en vedette l’acteur indien Amitabh Bachcham. Ce film traite de la vie d’une personne atteinte de Progéria, dont voici le making-of :

07-


EXEMPLE N°4

08

Cette petite fille serait soi-disant soignée à l’hôpital pour un cancer !

Voilà une photo qui ne cesse de tourner sur la toile, et pourtant, la vérité est tout autre : cette petite fille n’a jamais eu le cancer, mais a été opérée à cœur ouvert !

Le 1er octobre, Murphy a découvert que la photo qu’il avait prise avait été postée sur la page Facebook « Starteens », page au « contenu social agricole ».
Le soucis, c’est qu’ils publient des images vraies pour obtenir une augmentation de « j’aime et de partages » de la part des utilisateurs. Plus les utilisateurs sont actifs, plus leurs statistiques augmentent, ce qui leur apporte au final de gros revenus publicitaires.

L’image de Serafina avait recueilli 4,3 millions de « j’aime » et 61.000 « partages » !

Mais Murphy n’a pas essayé d’entrer en conflit avec l’administrateur de la page. Au lieu de cela, il a décidé d’utiliser la relative « célébrité » de sa fille pour encourager les gens à donner, dans le but d’amasser des fonds pour l’hôpital qui a sauvé la vie de sa fille.

J’ai posté rapidement un commentaire en disant: « Je suis le père de Serafina », affirme Murphy. Si cette image vous touche et que vous voulez faire quelque chose de plus que juste pour elle, vous pouvez faire des dons à l’hôpital qui a aidé à sauver la vie de ma fille.

Murphy est actuellement en formation pour le marathon de Chicago qui aura lieu en l’honneur de sa fille, dans le but de recueillir des fonds pour l’hôpital pour enfants de Lurie, où la petite fille a été traitée et s’est complètement rétablie.

Avant de poster son message sur Facebook, Murphy venait d’avoir quelques centaines de dollars pour l’hôpital. Après avoir encouragé les internautes à donner, l’argent a commencé à affluer.

Il a maintenant amassé près de 4000 $ et espère amasser un total de 5000 $.


EXEMPLE N°5

Ses copains d’école lui ont dit que personne ne lui souhaiterait bon anniversaire à cause de sa maladie 🙁 Il a 11 ans aujourd’hui. S’il vous plaît, ne zappez pas sans écrire « Happy Birthday ».

Encore une fois, tout le monde tombe dans le panneau sans jamais vérifier l’information …

Voici Lucas, un petit garçon atteint d’une terrible maladie appelée Epidermolyse bulleuse. Le 15 janvier 2017, une publication sur Facebook incite les lecteurs à commenter en prétextant que c’est son anniversaire mais que personne ne veut lui souhaiter à cause de sa maladie, ce qui est complètement faux ! En réalité, le petit garçon a fêté son anniversaire le 4 décembre 2016 (et non le 15 janvier) et il n’avait alors que 9 ans ! Voici justement la publication d’origine, publiée sur le média social « PICTARAM » : rien dans son post n’indique que personne ne veut lui souhaiter son anniversaire, bien au contraire !

Bonjour! Dimanche dernier, le 04/12, je célébrais mon 9e anniversaire en faisant une super fête avec mes amis ! Mon petit cœur battait fort dans ma poitrine en ressentant tant de bonheur. La vie est le plus beau cadeau que je pouvais recevoir du Père céleste, et être capable de célébrer mon anniversaire est tout simplement incroyable! Jésus soit bénit. Baisers de Lucas !


CONCLUSION :

Le problème, comme l’explique le directeur du site Facecrooks.com, chargé de détecter les arnaques et fausses infos sur le réseau social Facebook, c’est que les propriétaires des pages ou publications concernant ces enfants malades profitent ensuite de leur popularité pour promouvoir d’autres produits et faire de la publicité. Cela leur permet ainsi de se faire quelques milliers d’euros en quelques semaines, grâce à la viralité des photos postées la plupart du temps sans l’autorisation des familles.

Certaines pages vont même jusqu’à faire du phishing : ils proposent de vous connecter à une nouvelle page et vous demandent des informations confidentielles, comme votre numéro de carte de crédit ou d’autres codes. Faites donc bien attention lorsque vous aimez ce genre de publications : vérifiez bien qu’il ne s’agit pas d’un attrape-nigaud.

NOUS NE LE DIRONS JAMAIS ASSEZ : VÉRIFIEZ LA VÉRACITÉ DE L’INFO AVANT DE LA PARTAGER !


Source(s) : Sudinfo.beCNNDailymailWikipédiaHuffingtonpost – The Daily Dot – AllodocteursPictaram – Facecrooks


Autre(s) source(s) :